Apprendre l’hypnose ericksonienne : mode d’emploi

Dérivé du mot grec « hupnos », le terme hypnose a pour sens sommeil. Le principe de l’hypnose est de plonger un individu dans une sorte de transe. Lorsqu’un individu entre en état d’hypnose, son cerveau fait abstraction de tout ce qui l’entoure. Il devient donc sensible aux paroles de l’hypnotiseur, comme si celui-ci avait pris le contrôle de son inconscient. Aujourd’hui, l’hypnose apporte une aide utile pour le traitement de diverses pathologies. Elle est notamment pratiquée sur les individus souffrant de dépression, de phobies, d’angoisse et d’anxiété. Elle peut même aider les personnes alcooliques et tabagiques. Plusieurs recherches sur le sujet ont été faites mais l’hypnose moderne est proposée par Milton Hyland Erickson à partir de1960.

L’hypnose Ericksonienne

Cette pratique a pour but de faire coopérer le conscient et l’inconscient d’un individu par « endormissement » afin de déclencher en lui et de son plein gré, l’envie d’évoluer et d’accepter des changements utiles pour résoudre son problème personnel. Quoiqu’il ne soit pas nécessaire d’avoir un diplôme en médecine pour pratiquer l’hypnose, la personne qui recours à l’hypnose Ericksonienne doit être qualifiée. En effet, elle doit avoir bénéficié d’une formation en hypnose à GS Formation, à la fois théorique et pratique. Elle doit donc avoir un certificat pour pouvoir pratiquer cette thérapie comme proposée dans la région Paca de France .

Comment pratiquer l’hypnose Ericksonienne ?

En effet, c’est une méthode qui s’appuie surtout sur le respect de la personne. L’hypnotiseur doit être à l’écoute, et son approche doit dépendre de la personne. L’hypnotiseur doit se référer aux anecdotes, aux suggestions que l’individu propose inconsciemment, et le laisser accéder à ses propres ressources pour qu’il puisse lui-même faire adopter ses propres changements. Des spécialistes ont utilisé le terme d’autohypnose parce que cette forme est surtout basée sur la prise en charge du patient lui-mêm. L’hypnotiseur étant seulement un guide.

Outils

En outre, l’hypnotiseur doit avoir des éléments visuels : que ce soit fictif ou réel c’est à dire demander au patient de visualiser des images apaisantes, des éléments auditifs : un son déclencheur comme un diapason mais le plus souvent c’est la voix du thérapeute qui sert de guide. Et des éléments subtils comme un contact tactile doit être maintenu entre le patient et le thérapeute. L’hypnose ne doit pas être substituée à la médecine. C’est une sorte d’approche complémentaire pour aider un patient, et seul un médecin peut procéder à des recommandations ou à des prescriptions pour la pratique de l’hypnose sur un patient.

Devenir psychothérapeute, quel parcours envisager ?
Tout savoir sur l’hypnose humaniste